Le paquet de cigarettes à 13 euros ?

Le tabac a un coût pour la société

Si l’on voulait lDans le contexte actuel de lutte contre le tabagisme et de recherche de recettes fiscales, certains députés, dont Michèle Delaunay (cancérologue et ancienne ministre déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie), réclament une nouvelle fiscalité du tabac. Ces députés, qui ont déposé un amendement en ce sens fin octobre, souhaitent que les taxes prélevées sur les ventes de tabac couvrent le coût social du tabagisme.
En vue de contribuer à ce débat, Microeconomix a réalisé un chiffrage du prix socialement responsable du tabac pour la France en 2013. La conclusion de leurs travaux est édifiante : si l’on devait inclure le coût social sous forme de taxe dans le prix du paquet de cigarettes, celui-ci bondirait à plus de 13 euros. Démonstration.

Qu’est-ce que le coût social du tabac ?

Comme l’illustrent les derniers mois, les débats autour du tabac sont intenses : ils concernent aussi bien l’adoption du paquet générique (qui semble à présent être actée), que l’encadrement de la cigarette électronique, ou encore du montant de l’éventuelle hausse annuelle des taxes. Sans aucun doute, ces changements affectent les fumeurs en modifiant leur comportement, ou, pour le moins, leurs dépenses allouées au tabac. Mais ces enjeux ne se limitent pas qu’aux fumeurs. Les non-fumeurs sont aussi concernés car le tabac affecte négativement leur bien-être sans qu’ils ne reçoivent pour autant de compensation. Ces coûts sociaux sont appelés par les économistes des externalités négatives.

Outre le tabagisme passif (dorénavant bien combattu dans l’espace public), il existe d’autres externalités, moins visibles, de nature monétaire. L’État et ses contribuables non-fumeurs, mais aussi les entreprises, voient leur richesse affectée par les conséquences du tabac. Évaluer le coût social du tabac revient à estimer l’impact du tabac sur la richesse du reste de la société.
L’évaluation du coût social du tabac repose sur une comparaison entre les coûts – nets des recettes – que la population fumeuse fait supporter à la société dans la situation actuelle, d’une part, et les coûts et recettes que cette même population aurait fait supporter en l’absence de consommation tabagique, d’autre part.’intégrer dans le prix du paquet de cigarettes, il faudrait le faire passer à 13 euros.

L’étude sur l’e-cigarette est un torchon
Cigarette électronique : un moyen de sevrage pour 400 000 Français